Veuillez corriger les erreurs suivantes:

Select Page

Manger déséquilibré à l’adolescence augmente le risque de cancer du sein

Manger déséquilibré à l’adolescence augmente le risque de cancer du sein

Il y a de moins en moins de doutes : ce que vous mangez tout au long de votre adolescence, dictera votre santé  à l’âge adulte. Pour les femmes, les mauvais choix alimentaires peuvent conduire à des maladies comme le cancer.

Le régime inflammatoire associé au cancer

Un régime inflammatoire est un régime basé sur des aliments qui stimulent les marqueurs inflammatoires qui peuvent causer des inflammations chroniques. Les aliments frits, les aliments industriels, les aliments à teneur élevée en glucides simples, riches en graisses saturées et sucre raffiné, sont de bons exemples d’aliments inflammatoires.

Une étude récente de l’Université de Californie, aux États-Unis, publiée ce moi ci dans le Journal Cancer Research, vient de renforcer la théorie de que l’inflammation et le cancer ont toujours été associés.

Elle révèle que le régime inflammatoire pendant l’adolescence peut augmenter le risque de cancer du sein à l’âge adulte. Ce type de régime suivi à l’âge de 20, 30 et 40 ans augmente également le risque de ce même type de cancer avant la ménopause. Mais pour l’instant il n’y a aucune preuve scientifique sur l’impact de ce type d’alimentation dans les différents stades de la vie des femmes après la ménopause.

Comment s’est déroulée cette étude américaine ?

Cette recherche réalisée au long de 22 années, a suivi plus de 45.000 femmes âgées entre 27 et 44 ans au début de l’étude. Tous les quatre ans, les participantes devaient répondre à un questionnaire sur leur régime actuel. De plus, les femmes âgées entre 33 et 52 ans ont dû détailler ce qu’elles mangeaient le plus souvent pendant leur adolescence.

Les femmes ont été divisées en cinq groupes, selon le degré inflammatoire de leur régime alimentaire.

Les femmes qui avaient le régime le plus anti-inflammatoire (degré faible) étaient celles qui mangeaient le moins de graisses saturées et le plus de graisses polyinsaturées, de fruits et de légumes riches en flavonoïdes, de fibres et d’antioxydants.

Par contre, les femmes qui avaient les degrés inflammatoires les plus élevés, avaient généralement un régime riche en céréales transformées, en graisse saturée et en cholestérol et pauvre en antioxydants et en nutriments.

Quels ont été les résultats et conclusion de cette étude ?

Les participantes qui ont été incluses dans le groupe de femmes qui ont mangé plus d’aliments inflammatoires pendant l’adolescence, se sont montrées 35% plus susceptibles d’avoir un cancer du sein à l’âge adulte et avant la ménopause. Les résultats ont démontré aussi qu’un régime inflammatoire suivi pendant l’âge adulte, contribue également à l’apparition d’un cancer du sein avant la ménopause, et le risque est d’environ 41%.

Donc, selon ces résultats, le régime inflammatoire rejoint d’autres facteurs dans l’apparition du cancer, notamment la prédisposition génétique, le facteur démographique et l’hygiène de vie.

Pour conclure, l’inflammation augmente potentiellement le risque de cancer du sein, d’où l’intérêt de miser sur un régime méditerranéen à base de fruits, légumes, poissons, oméga-3 et céréales complètes.Les chercheurs précisent que le  régime alimentaire devrait faire partie du plan de traitement.

Source : http://www.livescience.com/58069-inflammatory-diet-breast-cancer.html

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest