Veuillez corriger les erreurs suivantes:

Sélectionner une page

L’Italie, premier pays Européen à adopter le congé menstruel ?

L’Italie, premier pays Européen à adopter le congé menstruel ?

Vos règles sont douloureuses ? Et si vous pouviez prendre trois jours de congés par mois pour cause de règles douloureuses ? Les italiennes pourront peut-être bientôt le faire !

Eh oui, c’est un nouveau projet de loi qui pourrait très prochainement être adoptée en Italie, une première en Europe. Ce projet de loi sonne comme une nouvelle révolution pour les femmes. En effet, l’Italie pourrait devenir le premier pays européen à instaurer un « congé menstruel » pour les femmes souffrant de dysménorrhée (règles douloureuses).

Cette proposition de loi, qui a été présentée devant la Chambre des députés le 13 Mars, autoriserait les salariées à prendre trois jours de congés payés (à 100%). Présentée par quatre parlementaires, toutes des femmes, ce projet de loi est actuellement étudié par la commission Travail et « pourrait être approuvé dans un bref délai »

Mais, toutes les femmes pourraient-elles en bénéficier ?

Non, l’ensemble des Italiennes réglées ne pourront pas bénéficier de cette loi. Uniquement les salariées atteintes de cette maladie seraient concernées, mais selon le texte présenté, 60 à 90% des femmes en souffrent.

Qu’est-ce que la dysménorrhée ?

On parle de dysménorrhée quand une femme ressent des douleurs avant et au début de ses règles. Les douleurs sont tellement intenses qu’elles vous rendent invalide. Impossible de sortir du lit, le simple fait d’aller aux toilettes est un martyre, vous vous tordez de douleurs jusqu’à en pleurer…

Généralement, elles sont localisées dans le bas-ventre, mais aussi le bas du dos, pouvant également s’accompagner de maux de tête ou nausées. Les travailleuses qui sont concernées par ces règles douloureuses devront présenter un certificat médical. Ce dernier devra être renouvelé tous les ans entre le 31 décembre et 31 janvier.

« Ce congé menstruel s’applique aux travailleuses avec un contrat de travail salarié ou indépendant, à temps plein ou partiel, à temps indéterminé ou déterminé », précise le texte.

Est-ce vraiment bénéfique pour le marché de l’emploi ?

Le magazine « Marie Claire » italien salue ce projet de loi en le décrivant comme un « porte-étendard du progrès et de la durabilité sociale », cependant des militantes s’inquiètent pour la sécurité de l’emploi.

« Les employeurs pourraient être encore plus tentés d’embaucher des hommes », craint Lorenza Pleuteri, journaliste et enseignante, interrogée par le magazine « Donna Moderna ».

Pourtant, comme le montre l’expérimentation de l’entreprise Coexist de Bristol  (Royaume-Uni), les femmes sont trois fois plus productives une fois leur cycle terminé, selon le rapport des parlementaires.

Mais il est vrai que cette loi pourrait aggraver la situation des Italiennes sur le marché du travail. En Italie, seulement 61% des Italiennes travaillent, contre 72% en Europe, note le Washington Post. Pire, un quart d’entre elles seraient congédiées pendant ou juste après leur grossesse, selon le Bureau italien des statistiques.

Et vous, que pensez-vous de ce projet de loi ? Pour ou contre ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *