Veuillez corriger les erreurs suivantes:

Sélectionner une page

La maladie du soda : quand trop de sucre provoque des cirrhoses

La maladie du soda : quand trop de sucre provoque des cirrhoses

Le “NASH” également appelé “stéatohépatite non-alcoolique”, est une maladie du foie qui associe une accumulation de graisses dans le foie. Une cirrhose sans boire une goutte d’alcool ? Eh bien oui, c’est possible. Le problème pourrait surement venir d’une surconsommation de soda et d’autres boissons sucrées.

Comment est causée cette maladie ?

Causée par une surcharge du foie en graisse, cette maladie est principalement causée par une consommation excessive de boissons sucrées, de graisses ou de sucre. Les canards que l’on gave pour obtenir du foie gras en sont d’ailleurs atteints.

À lire aussi : Ces plantes et compléments alimentaires qui nettoient le foie

Une maladie silencieuse…

C’est une pathologie silencieuse qui se développe lentement sans aucuns symptômes visibles. Et cependant, cette maladie suscite une profonde inquiétude chez les médecins

Au fil des années, le foie se rempli de graisse car il n’a plus la capacité de la transformer. Des années plus tard, certains malades développent la NASH. Le foie s’enflamme, des lésions hépatiques apparaissent.

Difficile à détecter

Cette maladie est difficile à détecter car elle ne présente aucuns symptômes. Lorsque des signes de fatigues apparaissent il est souvent trop tard, et il est assez difficile de distinguer une fatigue normal ou liée à une intoxication du foie.

Pierre Ménès expliquait en effet n’en avoir ressenti aucun, jusqu’à être victime d’une hémorragie intestinale en 2015. Les médecins peuvent être alertés par des anomalies dans le bilan hépatique, néanmoins seule une biopsie (prélèvement d’une petite partie de l’organe) permet d’établir un diagnostic.

Cirrhose de sucre

Cette maladie toucherait des millions de personnes dans le monde, surtout aux Etats-Unis, mais attention, elle gagne beaucoup de terrain en France… La NASH touche particulièrement les patients diabétiques ou obèses. En effet, si elle n’est pas liée à la consommation d’alcool, cette maladie serait due à une autre addiction : le sucre.

« C’est un enjeu de santé publique parce que clairement la NASH concerne beaucoup de personnes en France. Tout cela est lié à l’épidémie d’obésité et de diabète donc à l’alimentation et à la malbouffe. » déclare le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue.

À lire aussi : 41% des français consomment trop de sucres libres

Des statistiques sous-estimées

Une fois installée, la maladie s’accompagne d’un risque de cirrhose élevé, un état au cours duquel les fonctions se désorganisent pour finalement s’avérer insuffisantes. Entre 25 et 30% de la population seraient concernés. Des statistiques sûrement sous-estimées, selon certains spécialistes.

Des chiffres qui font peur

Des résultats inquiétants :  5% des malades de la NASH développeront, à terme, un cancer du foie. En 2020, les spécialistes s’attendent à ce qu’elle devienne la première cause de transplantation hépatique en France, devant l’hépatite C.

« C’est une pathologie qui culpabilise les patients car les médecins, qui ne sont pas toujours bien informés, se disent : Cette personne boit», explique Jean-François Mouney, président de Genfit, dont l’entreprise teste un médicament. Car, pour l’instant, aucun traitement n’existe.

22% des diabétiques en seraient atteints et 90% des personnes obèses seraient concernées.

À l’heure actuelle, 6 millions de français en seraient atteint, soit 12% de la population. Il est important de la détecter rapidement, car une fois que la fatigue s’installe, seule la biopsie permet de faire un diagnostic.

Des boissons sucrées tous les jours = 55% de risques supplémentaires

Selon une étude publiée dans le « Journal of Hepatology »  en août 2015, menée sur 2.634 patients, les personnes qui boivent quotidiennement des boissons sucrées auraient 55% de risques supplémentaires de développer une stéatose métabolique.

Les sodas light ne sont pas mis en cause dans l’apparition du Nash, même s’il vaut mieux les limiter car ils habituent le palais aux saveurs sucrées.

L’OMS recommande 50 grammes de sucre par jour :

  • Un verre de pur jus d’orange = 20 g de sucre
  • Une canette de Coca-Cola = 35 g de sucre
  • Un verre de thé glacé industriel = 12 g de sucre
  • Un verre de boisson énergétique = environ 23 g de sucre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *